News / Brèves
Back to previous selection / Retour à la sélection précédente

Coopération Italie-Chine : un gros caillou dans la chaussure de l’empire anglo-américain

Printable version / Version imprimable

Par Bruno Abrial

S&P—Comme nous l’avons rapporté dans notre chronique du 11 mars, l’Italie s’apprête à signer un accord préliminaire d’adhésion à l’Initiative de la Ceinture et la Route (ICR) portée par la Chine. La signature devrait survenir le 22 mars, lors de la visite du président Xi Jinping.

Ce développement a résonné comme un tremblement de terre dans l’ensemble du monde néolibéral/néoconservateur. Un membre du G7, qui plus est pays fondateur de l’UE, ose sortir des clous jalousement gardés du « monde libéral transatlantique » ! C’est tout le storytelling anti-chinois et anti-Routes de la soie qui menace de s’effondrer !

Un affront au laisser-faire, laisser passer

La Maison-Blanche, au travers d’une conversation avec deux hauts responsables de l’administration publiée dans le quotidien italien La Stampa, propriété du groupe De Benedetti, a fait part de sa grande inquiétude à l’idée que le gouvernement italien donne ainsi du crédit au projet chinois, et lui a adressé des menaces à peine voilées. En adhérant à l’ICR, l’Italie risque selon elle d’endommager la coopération entre les entreprises américaines et italiennes, ainsi que les capacités opérationnelles de l’OTAN. « L’Italie se désolidarise ainsi du reste du G7 et permet à l’ICR de pénétrer l’Europe », estiment les deux responsables, qui ajoutent que « cela pourrait légitimer une approche du développement économique qui est antinomique avec le marché et le secteur privé ».

À l’heure des privatisations et de l’austérité budgétaire, indispensables pour maintenir à flot le casino financier, l’Italie donne un bien mauvais exemple ! Manifestement à court d’arguments, les deux responsables de la Maison-Blanche lancent : « Par cette action, l’Italie s’apprête à rejoindre le club pas si noble du Sri Lanka, du Pakistan, du Kenya, etc., et de leurs économies en difficulté. Ce qui pourrait faire beaucoup de tort à sa réputation mondiale ».

Dans le même registre, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a dénoncé le 12 mars le fait que la Chine « ne respecte pas les règles du jeu », reprenant ainsi la rhétorique de Barack Obama en son temps. Le grand crime de la Chine serait de « ne pas promouvoir la prospérité de la manière dont nous le faisons ici en Occident », c’est-à-dire selon les principes du néolibéralisme… suite

La conference-vidéo est en italien. Helga Zepp-LaRouche présidente de l’Institut Schiller international s’exprime en anglais.

Milano, 13 marzo 2019 Convegno di MoviSol e Regione Lombardia "L’Italia sulla Nuova Via della Seta"
- Michele Geraci, sottosegretario al Ministero dello Sviluppo Economico
- Dibattito con il pubblico
- Helga Zepp-LaRouche sulla strategia globale della Nuova Via della Seta Prima di tre parti (Si richiede di citare la fonte)